Alain Moatti - architecte : « L'enjeu, c'est de construire la ville sur la ville »

Publié le 30/09/2014

Rencontre avec Alain Moatti, architecte Agence Moatti-Rivière.

Alain Moatti
Alain Moatti

Quelle est votre expérience des changements d’usage ?

Nous avons mené de nombreuses opérations de « reconversion culturelle » : à Chaumont (52), nous avons réhabilité un ancien bâtiment du 19e siècle de la Banque de France pour y accueillir le Centre International du Graphisme. À Calais (62), une ancienne manufacture de dentelle accueille dorénavant la Cité Internationale de la Dentelle. À Marseille (13), le Château Borély est aujourd’hui un grand Musée des Arts décoratifs, de la Faïence et de la Mode. Enfin, à Melun (77), une ancienne caserne sera bientôt… un musée de la gendarmerie ! Avec 3F, nous mènerons, pour la première fois, une opération de transformation de bureaux en logements sociaux à Charenton-le-Pont (94).

 

Comment abordez-vous ces projets ?

Ce qui est très intéressant dans ces projets, c’est le frottement des histoires. Il faut utiliser la force des lieux pour aller plus loin. En tant qu’architecte, je m’attache à rénover l’existant tel qu’il a été, mais j’y ajoute systématiquement un objet très contemporain, autonome et fort. Ainsi, à Charenton, nous rajouterons derrière la façade un élément en bois qui transformera ce bâtiment de bureaux en un espace habitable, avec des terrasses.
 

Quel avenir pour ces opérations ?

Aujourd’hui, tout laisse à penser que les projets de ce type vont se multiplier. L’enjeu, c’est de construire la ville sur la ville et non de l’étendre, de l’étaler sans fin. C’est même un principe écologique de base : ce que l’on peut conserver doit être réintégré dans une nouvelle pratique, dans de nouveaux usages. Et même lorsque vous pensez faire de la construction neuve en ville, vous vous trompez : vous êtes là encore dans une logique de stratification urbaine !