Édito

Nous mettons toute notre expertise au service des territoires et de leurs habitantes et habitants. Nous le faisons de façon innovante et responsable, avec une constante préoccupation : améliorer le service et l’expérience proposés à nos locataires.

« La diversité de nos réponses est à l’image de celle des publics que nous logeons. »
Anne-Sophie Grave
directrice générale
Bruno Lucas
président

« Diversité(s) » : que recouvre cette notion pour 3F ?

Anne-Sophie Grave : D’abord, une diversité de clients et donc de réponses, qui vont de l’hébergement d’urgence au logement de familles de tous horizons, en passant par l’accession à la propriété. Nous accompagnons aussi bien les jeunes (30 % de nos attributions ont concerné cette année des moins de 30 ans) que les familles prioritaires (23 % de nos attributions en Île-de-France sont allées à ce public), ou celles et ceux qui veulent accéder à la propriété. Pour la première fois en 2017, nous avons franchi le seuil du millier de logements vendus à nos locataires.

Bruno Lucas : Nos filiales sont implantées dans un grand nombre de régions, sur des territoires eux-mêmes très divers où coexistent zones tendues et détendues. Nous faisons face aux besoins en augmentant notre production de logements, qui sont au nombre de 9 600 en 2017, mais aussi en nous investissant dans les projets de renouvellement urbain et sur des sujets plus émergents, comme la redynamisation des centres de villes moyennes.

La réponse à vos différents publics passe-t-elle aujourd’hui par le numérique ?

A.-S. G. : Pour répondre à cette question, nous avons lancé en septembre 2017 une démarche collaborative. Nos collaboratrices et collaborateurs ont « planché » sur les impacts du numérique sur toutes les dimensions de nos métiers, y compris dans nos propres modes de travail. Aujourd’hui, de nombreuses initiatives sont lancées. Nous avons signé en 2017 la charte BIM*, avec l’ambition de concevoir en BIM l’ensemble de nos opérations neuves à l’horizon 2020. Nous avons aussi démarré la mise en œuvre d’une plateforme de données pour améliorer la maintenance préventive dans notre parc et, à terme, aller vers une maintenance prédictive. Enfin, l’agence de demain intégrera aussi le numérique, capable d’offrir de nouveaux services aux locataires.

Dans un contexte réglementaire qui a très fortement évolué en 2017, quelle est votre vision pour 2018?

B. L. : Conformément aux objectifs d’Action Logement, nous poursuivons notre mission en continuant les réhabilitations thermiques sur le parc existant et en maintenant un niveau de production soutenu : 25 % de progression sur les trois prochaines années par rapport à la production moyenne des trois années antérieures. Et, nous répondons par l’innovation à la raréfaction des moyens et au renchérissement des investissements, en travaillant à la conception de bâtiments connectés, économes et durables.

* La modélisation des données du bâtiment (BIM pour Building Information Modeling) permet une collaboration de toutes les parties prenantes d’un projet via des simulations et des modèles virtuels.