Sophie Jasses - 3F : «Nous abordons chaque territoire dans toutes ses dimensions»

Publié le 23/10/2017

Pour Sophie Jasses, responsable du département de gestion sociale et urbaine de 3F, la politique de développement social et urbain se veut personnalisée, partenariale, globale et centrée sur l’habitant·e. Rencontre.

Sophie Jasses - 3F
Sophie Jasses

Quelles sont les caractéristiques de la politique de développement social et urbain de 3F ?

Avant tout, elle s’adapte au contexte du territoire dans lequel elle s’inscrit. Nous partons toujours des besoins et des dysfonctionnements auxquels il fait face ! Avant toute intervention, nous réalisons un diagnostic social et urbain, complété par des préconisations. Nous présentons ce document à la collectivité et plus largement aux partenaires du site. Puis nous construisons, en collaboration avec elles·eux, un plan d’actions annuel ou pluriannuel.

Nous inscrivons systématiquement notre approche dans une dynamique partenariale : nous travaillons « main dans la main » avec les collectivités locales et les partenaires. Mobilisé·e·s pendant deux à trois ans par site, nous définissons ensemble les actions prioritaires à mener, travaillons en mode projet et mesurons l’impact social des initiatives que nous engageons. 

Enfin, puisque nous abordons le territoire dans toutes ses dimensions, notre action est globale. J’aime à dire que nous nous intéressons aux habitant·e·s bien au-delà de leur seul statut de locataires ! Concrètement, cela implique de travailler sur leur cadre de vie, leur tranquillité, leur insertion sociale et professionnelle, l’accompagnement éducatif de leurs enfants, leur accès à des services de proximité… Cela dépasse largement la question du logement !

Quelles sont les lignes de force de votre intervention en Ile-de-France ? 

Nous avons tout d’abord une approche territoriale, ciblée sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Notre action porte ainsi sur 28 communes franciliennes en 2017. 

En parallèle, au-delà des seuls QPV, nous avons défini des axes prioritaires d’intervention pour toute l’Ile-de-France : la cohésion sociale ; le soutien aux associations ; le développement de services pour nos locataires ; le cadre de vie ; la participation des habitant·e·s ; le développement durable ; l’emploi et le développement économique, notamment le soutien à la création d’entreprises dans notre patrimoine, et enfin, la prévention de la délinquance et la tranquillité résidentielle. Cette stratégie, ciblant toute l’Île-de-France, constitue une spécificité forte et un choix structurant de 3F. Elle nous permet de maintenir notre intervention sur des secteurs « en veille » et d’élargir notre action, en collaborant avec des partenaires agissant sur des périmètres départementaux voire nationaux. 

Elle nous offre aussi l’opportunité de déployer les expérimentations réussies dans d’autres départements voire dans toute l’Île-de-France, comme dans le cas de notre partenariat avec la protection judiciaire de la jeunesse (lire l’article).

Enfin, elle nous permet d’identifier, grâce à l’ancrage territorial de nos agences, des thèmes qui montent et de partager cette connaissance tant en interne qu’avec nos partenaires.

Quelles avancées récentes vous semblent les plus porteuses ?

C’est une question difficile tant nos projets sont diversifiés ! J’aimerais toutefois citer deux actions qui illustrent bien notre expertise d’ingénierie sociale et urbaine.

Sur l’axe « emploi et développement économique », nous menons des chantiers d’insertion par l’activité économique. D’une durée de trois ans, diplômants et qualifiants, ils permettent aux personnes en difficulté  - jeunes et demandeur·euse·s d’emploi de longue durée - de retrouver le chemin d’un emploi pérenne. Nous pilotons sept chantiers par an en moyenne sur notre patrimoine francilien. Des chantiers variés allant de la remise en état de certains espaces tels que les parties communes par des travaux de peinture aux services à la personne, en passant par le numérique ou l’entretien des espaces verts. Sur ce dernier thème, nous avons d’ailleurs lancé à Valenton (94) un chantier d’insertion (voir la vidéo).

Sur l’axe « prévention de la délinquance et tranquillité résidentielle », nous avons signé une convention-cadre avec la Direction interrégionale de la protection judiciaire de la jeunesse que j’évoquais il y a un instant. Nous sommes le premier bailleur social à nous engager dans un partenariat aussi ambitieux. C’est à la fois une satisfaction et une motivation pour 3F !

 

Le développement social et urbain 3F en Ile-de-France en 2017

> 43 projets engagés
> 28 communes ciblées
> 60 partenaires associatifs mobilisés
> 510 000 euros investis dont 70 % au titre de l’approche territoriale, 20 % de la stratégie thématique et 10 % de la sûreté