Palaiseau (91) : 250 logements 3F dont 65 en accession sociale - Arch. : Agence Gaëtan le Penhuel ; Atelier O-S ; Agence Hardel le Bihan ©3F-Sergio Grazia

Palaiseau (91) : 250 logements 3F dont 65 en accession sociale - Arch. : Agence Gaëtan le Penhuel ; Atelier O-S ; Agence Hardel le Bihan ©3F-Sergio Grazia

Vente de logements sociaux : un volontarisme salutaire

Publié le 12/02/2018

La vente de logements sociaux devrait connaître dans les années à venir un essor non négligeable. Elle constitue à la fois une nécessité économique pour les bailleurs et une opportunité pour les locataires de dynamiser leur parcours résidentiel. Explications. 

Dans un contexte où les coûts de l’immobilier demeurent toujours très élevés, particulièrement dans les zones tendues, l’achat d’un logement s’avère bien souvent impossible ou très difficile pour les foyers aux revenus modestes. Parallèlement, pour financer le développement et la rénovation de leur parc, les bailleurs sociaux ont besoin de vendre une partie de leurs logements aux personnes qui, sous réserve de remplir les conditions de ressources requises, souhaitent accéder à la propriété.

3F constitue l’un des acteurs les plus dynamiques à ce sujet avec 0,5 % du parc locatif cédé chaque année, ce qui représente environ 1 000 ménages bénéficiaires.

Les ressources financières qui émanent de ces ventes permettent dès lors aux bailleurs de réhabiliter le patrimoine et/ou construire de nouveaux logements, sachant qu’en moyenne la vente d’un logement permet, selon les régions, la construction de 3 à 5 nouveaux logements sociaux. 

 

La réforme du logement va accentuer le volume des ventes

Avec l’adoption de l’article 52 de loi de finances et le projet de loi Evolution du logement et aménagement numérique (Elan) annoncé par le gouvernement Philippe, la vente de logements sociaux est appelée à prendre de l’ampleur. Le protocole d’accord, signé en décembre 2017 entre l’Etat et la fédération des Entreprises sociales pour l’habitat (ESH), évoque en effet un objectif de vente de 20 000 logements par an.

Cette réforme devrait tout particulièrement mobiliser Action Logement qui a fixé son objectif de vente à 1 % du parc chaque année, soit quelque 9 000 logements . Une structure de portage devrait à ce titre être créée pour faciliter la vente de logements sociaux aux locataires. Son principe ? Acheter comptant aux organismes HLM les logements, les rénover avant de les proposer à la vente. Le budget alloué à cette opération d’envergure devrait avoisiner le milliard d’euros. Le produit des ventes sera, quant à lui, réinvesti par les bailleurs sociaux dans des opérations de construction neuve, de réhabilitation ou de requalification urbaine.

 

Des retombées positives pour tous et toutes

Si l’on procède à un rapide retour d’expérience, force est d’observer que la vente de logements sociaux s’avère triplement bénéfique. D’abord, aux locataires, dont le parcours résidentiel est à la fois facilité et sécurisé, ensuite aux bailleurs qui disposent de nouvelles ressources financières et, enfin, aux territoires qui voient leur attractivité se renforcer et la mixité sociale progresser.